ADAMI Valério

ADAMI Valério

Né en 1935 à Bologne (Italie), vit et travaille à Paris et Monte-Carlo.

Lire la suite

Valério ADAMI est un des principaux représentants d’un mouvement artistique appelé la Figuration Narrative. Depuis des années maintenant, ADAMI a travaillé à mettre en place un langage plastique singulier, à la syntaxe rigoureuse, où les notions d’espace et de profondeur, de relation entre sujet et objet sont entièrement bouleversées, repensées de manière à pousser l’expression à son maximum d’intensité.

La ligne, le trait du dessin, commande tout ce jeu. Epaisse et noire, elle enchaîne les humains et les choses, les soude entre eux pour en stabiliser définitivement les rapports. Il ne s’agit jamais pour le peintre de restituer le monde de manière réaliste, Le tableau est toujours le résultat final d’une série de manœuvres graphiques recourant à l’ellipse, au collage, au travail de la mémoire. Les artifices narratifs propres au cinéma, comme celui de la coupe et du montage sont à l’œuvre dans les constructions plastiques du peintre. Les couleurs dont la saturation et l’intensité ne sont prélevées dans aucune réalité extérieure, apportent, par leur forte présence, une humeur, une tonalité psychologique au dessin.

Les accessoires ont également leur importance dans la construction de ces allégories, ils occupent l’espace avec autant d’aplomb que les personnages. Lorsqu’il met en scène des couples qui s’enlacent (issus du quotidien ou de la mythologie), l’étreinte des corps ressemble à une fusion impossible, où chaque personnage est finalement renvoyé à sa solitude.
Valério ADAMI évoque quelques éléments figurés, fragmentés, recomposés dans La Source, peinture 1982, 198×147 cm : «1. le couple. 2. Rochers en contre-jour. 3. L’amphore d’où jaillit l’eau. 4. une ligne de paysage cache le corps d’une femme. 5. Avec la main posée sur la poitrine. 6. la main posée sur la poitrine/ les pupilles noires de l’homme et elle, les yeux baissés… / petites cornes de faune sur le front… » Eighty n° 10, page 19
Dans la plupart des traditions la source est symbole de pureté, de naissance.

Valério ADAMI expose depuis 1957 en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées et ses œuvres sont dans les collections des plus grands musées.

A V

Sources :
 Site d’information culturelle : paris-art.com, PILVEN Marguerite , Préludes et après-ludes, Galerie Daniel Templon, Paris, 2004
 Revue Eighty : C. Flohic, J.L. Chalumeau, « Adami », Eighty , 1985, n°10 novembre/décembre 85, page 19,

ADAMI Valério

Né en 1935 à Bologne (Italie), vit et travaille à Paris et Monte-Carlo.

Valério ADAMI est un des principaux représentants d’un mouvement artistique appelé la Figuration Narrative. Depuis des années maintenant, ADAMI a travaillé à mettre en place un langage plastique singulier, à la syntaxe rigoureuse, où les notions d’espace et de profondeur, de relation entre sujet et objet sont entièrement bouleversées, repensées de manière à pousser l’expression à son maximum d’intensité.

Lire la suite

La ligne, le trait du dessin, commande tout ce jeu. Epaisse et noire, elle enchaîne les humains et les choses, les soude entre eux pour en stabiliser définitivement les rapports. Il ne s’agit jamais pour le peintre de restituer le monde de manière réaliste, Le tableau est toujours le résultat final d’une série de manœuvres graphiques recourant à l’ellipse, au collage, au travail de la mémoire. Les artifices narratifs propres au cinéma, comme celui de la coupe et du montage sont à l’œuvre dans les constructions plastiques du peintre. Les couleurs dont la saturation et l’intensité ne sont prélevées dans aucune réalité extérieure, apportent, par leur forte présence, une humeur, une tonalité psychologique au dessin.

Les accessoires ont également leur importance dans la construction de ces allégories, ils occupent l’espace avec autant d’aplomb que les personnages. Lorsqu’il met en scène des couples qui s’enlacent (issus du quotidien ou de la mythologie), l’étreinte des corps ressemble à une fusion impossible, où chaque personnage est finalement renvoyé à sa solitude.
Valério ADAMI évoque quelques éléments figurés, fragmentés, recomposés dans La Source, peinture 1982, 198×147 cm : «1. le couple. 2. Rochers en contre-jour. 3. L’amphore d’où jaillit l’eau. 4. une ligne de paysage cache le corps d’une femme. 5. Avec la main posée sur la poitrine. 6. la main posée sur la poitrine/ les pupilles noires de l’homme et elle, les yeux baissés… / petites cornes de faune sur le front… » Eighty n° 10, page 19
Dans la plupart des traditions la source est symbole de pureté, de naissance.

Valério ADAMI expose depuis 1957 en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées et ses œuvres sont dans les collections des plus grands musées.

A V

Sources :
 Site d’information culturelle : paris-art.com, PILVEN Marguerite , Préludes et après-ludes, Galerie Daniel Templon, Paris, 2004
 Revue Eighty : C. Flohic, J.L. Chalumeau, « Adami », Eighty , 1985, n°10 novembre/décembre 85, page 19,

Artothèque de l'Aisne

informations complémentaires

ADAMI Valério

Nom :

ADAMI

Prénom :

Valério

Fiche artothèque (pdf)

Sources :

Œuvre(s) de cet artiste disponible(s) dans la collection :​

Rechercher un autre artiste :